23 juin 2024
Paris - France
ASIE

En Inde, l’opposant Rahul Gandhi condamné à de la prison pour diffamation envers le nom de famille « Modi »

Le plaignant, un chef du parti au pouvoir, Purnesh Modi, a déclaré que les propos de Gandhi avaient « diffamé toute la communauté Modi. »

Un tribunal indien a reconnu jeudi 23 mars le chef de l’opposition Rahul Gandhi coupable de diffamation pour ses propos sur le nom de famille du premier ministre Narendra Modi. Il a été condamné à deux ans de prison.

L’affaire contre Gandhi, qui lui a valu ces poursuites, remonte à un rassemblement lors de la campagne électorale en 2019, où il a déclaré : « Pourquoi tous les voleurs ont-ils Modi comme nom de famille ? » Dans son discours, il a ensuite nommé le magnat du diamant indien en fuite Nirav Modi, le patron interdit de la première league indienne Lalit Modi, et Narendra Modi. Ce dernier n’est lié à aucun des deux autres.

L’affaire de diffamation contre Gandhi a été déposée par un chef du parti au pouvoir, Bharatiya Janata, dans l’état du Gujarat occidental. Le plaignant, Purnesh Modi, a déclaré que les propos de Gandhi avaient « diffamé toute la communauté Modi. » Modi est un nom de famille courant dans l’ouest de l’État du Gujarat.

Rahul Gandhi, qui était présent au tribunal de Surate, dans l’Etat du Gujarat (Ouest) – d’où est originaire M. Modi –, lorsque le verdict a été annoncé, a déclaré que ses propos visaient à « dénoncer la corruption dans le pays » et n’étaient dirigés contre aucune communauté, selon son avocat, B. M. Mangukiya. Ce dernier ayant immédiatement annoncé faire appel, M. Gandhi n’ira pas en prison dans l’immédiat.

 Les Nehru-Gandhi, une dynastie prisonnière de son destin

Le gouvernement de Modi est « lâche et dictatorial »

Mallikarjun Kharge, président du parti du Congrès de M.Gandhi, a qualifié le gouvernement de Modi de « lâche et dictatorial ». Après le verdict, Rahul Gandhi a écrit sur Twitter : « Ma religion est basée sur la vérité et la non-violence. La vérité est mon Dieu, et la non-violence le moyen de l’obtenir. »  

Au pouvoir depuis 2014, Narendra Modi avait été confortablement réélu pour un deuxième mandat avec son parti nationaliste hindou, le Bharatiya Janata Party (BJP). Il est régulièrement accusé de chercher à vouloir neutraliser ses opposants en multipliant les procédures judiciaires.

Issue de la famille du premier premier ministre du pays, Jawaharlal Nehru, qui a donné trois premiers ministres à l’Inde, Rahul Gandhi, 52 ans, fait l’objet de deux autres procédures pour diffamation. Il est également mis en cause dans un dossier de blanchiment présumé d’argent, qu’il conteste.

 Les opposants de Modi dénoncent la dérive de l’Inde vers une dictature

Le Monde avec AFP

X