7 juillet 2022
Paris - France
POLITIQUE

Côte d’Ivoire : « Abidjan est doux, Laurent Gbagbo est là ! »

Dix ans après son arrestation et trois mois après son acquittement par la CPI, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rentre ce 17 juin Abidjan. Tout nos articles sur ce retour historique, aussi attendu par certains que redouté par d’autres.

L’ancien président a regagné la Côte d’Ivoire, jeudi 17 juin, après plus de dix ans hors de son pays. Des milliers de partisans l’attendaient.

Le vol SN299 de Brussels Airlines transportant Laurent Gbagbo a atterri depuis près de 45 minutes, mais tout le monde le cherche. L’ancien président a descendu, difficilement, une dizaine de marches. Sur le tarmac, il a salué les proches venus l’accueillir, puis pénétré dans un 4X4 Land Cruiser. Devant le salon présidentiel de l’aéroport Félix-Houphouët-Boigny, plusieurs centaines de personnes – bien plus que les 110 théoriquement autorisées à venir – l’attendent. Ils s’interrogent. Ils ont bien vu l’avion se poser, mais Gbagbo est-il à bord ? Certains disent l’avoir aperçu de loin, mais veulent une confirmation directe. Il faut être sûr. Le voir de ses propres yeux. Dix ans d’absence, c’est long.

Sa voiture, aux vitres teintées, se fraye un chemin à travers la foule. Le gendre de l’ancien président, Stéphane Kipré, joue de son physique imposant pour épauler un service d’ordre déjà dépassé. On l’alpague, on l’interpelle :

– « On veut le voir ! »

– « On a le temps. Le piège est trop grand, pardonnez », répond Kipré.

L’homme d’affaires ne convainc personne  et la conversation se poursuit :

–<>

–<>

–<< C'est lui. Les Ivoiriens , pardonnez>>, tente encore le président de l’Union des Nouvelles  Générations (UNG) fondée en 2007.

La voiture avance très lentement. Elle fait le tour du chapiteau où  sont installés depuis plusieurs heures une centaine de personnalités- des cadres du Font Populaire  Ivoirien (FPI) et des chefs traditionnels pour l’essentiel.

Dans l’assistance , on s’interroge << les policiers sont armées à côté de lui. Ce n'est pas prudent>>, dit un militant. On n’a qu’à l’envoyer chez luise reposer>> juge un autre. << On veut juste une image. Tout le monde l'attendait. "Koudou"n'a jamais fait ça, se désole un troisième. On tente finalement d'arrêter la voiture et faire de faire sortir Laurent Gbagbo. Mais le cordon de sécurité imposé par le service d'ordre craque trop rapidement. << On y va, décide  Stéphane Kipré.  La vitre teintée s'ouvre finalement . Gbagbo salue la foule . << Est-ce bien sa main? >> se demande un militant.

LE SOL EST JONCHE DE PIERRES.  LES GAZ LACRYMOGENES FUSENT POUR DISPERSER LES MILITANTS

Le convoi de l’ancien  Président quitte l’aéroport vers 17h30. Dans les quartiers environnants, à Port-Bouët et le long du boulevard Giscard d’Estaing , des centaines de ses partisans qui tentaient d’affluer depuis tôt le matin ont été systématiquement refoulés par les forces de l’ordre . Au fil de la journée, les tirs de gaz lacrymogènes se sont intensifiés et rapprochés de l’aéroport .

JA

X