23 juin 2024
Paris - France
SPORT

Can /Les Ivoiriens encore renversants

Menée et à dix, la Côte d’Ivoire a égalisé dans le final grâce à Adingra avant de faire le break au bout de la prolongation avec Diakité, aussi sorti du banc. Les Eléphants, encore renversants, retrouveront mercredi la RDC en demies. Le Mali peut regretter le penalty de Traoré détourné par Fofana.

CAN 2024: dans l’équipe de Côte d’Ivoire, «mental» et «solidarité» sont les maîtres-mots pour rêver plus grand

Incroyable une nouvelle fois en quarts de finale lors de sa qualification face au Mali (2-1. ap), la Côte d’Ivoire a encore compté sur le mental et la solidarité entre ses joueurs pour renverser une situation compromise. Un état d’esprit qui sera son meilleur allié pour aller au bout.

« Nous avons la foi, la foi en Dieu. C’est une victoire collective. On a été très solidaires. On a une solidarité incroyable ; le fait de croire en nous, même quand cela semble impossible, nous fait renverser des matchs. » L’ancien Jean-Michael Seri, près de dix ans en sélection, a donné le ton après le match de folie face au Mali. La Côte d’Ivoire a gagné le droit de poursuivre l’aventure dans sa CAN grâce à son mental comme lors du huitième de finale contre le Sénégal. « On est parti chercher cette victoire avec les tripes », affirme le gardien Yahia Fofana qui a stoppé le penalty d’Adama Traoré Noss alors que le score était à 0-0.

Une action comme un tournant dans la tête des Éléphants. « Quand le Mali a eu un penalty et l’a manqué, on s’est dit sur le banc qu’on allait faire quelque chose », confirme Oumar Diakité, l’auteur du but de la qualification.

Serge Aurier : « Ce sont des malades… »

Le buteur pour l’égalisation, lui, se nomme Simon Adingra. À 22 ans, le jeune milieu de terrain a sauvé son équipe d’une élimination qui lui tendait les bras en marquant à la fin de la seconde période (90e). « Oui, on peut parler de héros pour moi, confie-t-il, mais il faut parler surtout de l’équipe. À dix contre onze, on n’a pas baissé les bras, on est resté soudé. Cela s’est joué sur le mental. »

X