17 juin 2024
Paris - France
INTERNATIONAL

Attaque du Hamas en Israël : 24 Français tués et 7 toujours portés disparus, selon un nouveau bilan

24 Français ont été tués et 7 sont toujours portés disparus, a annoncé mercredi Elisabeth Borne.

3500 personnes ont pu par ailleurs être rapatriés en France.

Un bilan qui ne cesse de s’alourdir. Dix jours après l’attaque du Hamas, Elisabeth Borne a annoncé ce mercredi que 24 Français ont été tués en Israël. La Première ministre a aussi précisé que 3500 personnes ont pu être rapatriés ces derniers jours.

Sept personnes sont toujours portées disparus, « plusieurs probablement retenus en otage » dans la bande de Gaza, a détaillé Elisabeth Borne. Le président de la République Emmanuel Macron a évoqué mardi des « discussions intenses » qui « avancent » pour la libération des otages, tout en se montrant « très prudent ».

Guerre en Israël toute l’info en temps réel
Un débat organisé la semaine prochaine au Parlement

Paris a par ailleurs rapatrié 3500 Français d’Israël. « D’ici ce soir nous aurons permis à 3500 de nos concitoyens de rejoindre la France », a dit la Première ministre devant le Sénat, lors de la séance des questions au gouvernement. Un débat sera organisé « la semaine prochaine » au Parlement « sur la situation au Proche-Orient« , a aussi indiqué Elisabeth Borne.

La famille de Mia Shem, une Franco-Israélienne apparue dans une vidéo diffusée lundi par le Hamas, a tenu une conférence de presse ce mardi à Tel Aviv.

Sa mère a appelé les dirigeants du monde à tout faire pour permettre sa libération.

Elle a confié sa détresse aux envoyés spéciaux de TF1.

Elle a lancé un appel au secours devant plus de 100 journalistes du monde entier. Keren Shem, la mère de Mia, accompagnée de sa famille, garde espoir de revoir la jeune femme de 21 ans, enlevée par le Hamas. « Mon message pour ma fille, c’est que je l’aime tellement. Elle me manque tellement. Ces derniers jours, j’ai tenu en m’imaginant la serrer dans mes bras », lâche-t-elle dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article. Dans une vidéo, diffusée sous la contrainte, Mia apparait exténuée. Elle demande qu’on la sorte le plus vite possible de Gaza.

Elle a peur, elle souffre, elle a des problèmes de santé. C’est encore une enfant, qu’est-ce qu’elle a fait de mal ?

Keren Shem, mère de Mia

Quelques heures après la conférence de presse, la mère de la jeune fille confie à TF1 craindre pour sa vie. « Elle a peur, elle souffre, elle a des problèmes de santé. C’est encore une enfant, qu’est-ce qu’elle a fait de mal ? », interroge-t-elle. Ce samedi 7 octobre au matin, Mia Shem participait à la rave party dans le sud d’Israël, près de Gaza, avec notamment son meilleur ami Ellia qui a également disparu, lorsque l’attaque a débuté. Ils étaient inséparables. Tous deux sont franco-israéliens et aujourd’hui leurs proches s’adressent directement à Emmanuel Macron. « Vous avez le pouvoir d’agir, donc faites tout ce que vous pouvez et même au-delà pour les aider », supplie le frère du jeune homme Daniel Toledano.

Pendant ce temps, dans la ville de Tel-Aviv, des affiches, à l’effigie des quelque 200 otages retenus par le Hamas, sont brandies par des habitants pour demander au plus vite leur libération. Et dans la foule, certains refusent toute offensive militaire. « Ils ont déjà agi, ils ont déjà frappé Gaza. Toutes ces bombes, je ne pense pas que ça aura d’effets », assure une mère de famille. La mobilisation à peine terminée, les portraits des otages sont récupérés. Ils seront de nouveau affichés ce mercredi dans les rues de Tel Aviv.

X