13 juin 2024
Paris - France
POLITIQUE

Abdourahmane Cissé, comète dans le paysage politique ivoirien 

Son ascension avait été fulgurante et l’annonce de son départ a surpris Abidjan. Après Patrick Achi, c’est au tour du secrétaire général de la présidence de quitter le cercle des proches collaborateurs d’Alassane Ouattara

Nommé fin mars 2021 au secrétariat général de la présidenceAbdourahmane Cissé a été remercié le 30 novembre 2023.

Au sein de la présidence ivoirienne, une page s’est tournée, jeudi 30 novembre, avec la publication d’un décret mettant fin aux fonctions d’Abdourahmane Cissé

Ce quadragénaire ambitieux occupait le poste stratégique de secrétaire général de la présidence depuis le mois de mars 2021

Côte d’Ivoire: Fidèle Sarassoro, l’homme de confiance du président 

– Son départ intervient un mois et demi après l’éviction du Premier ministre Patrick Achi avec lequel Cissé entretenait des rapports notoirement conflictuels. Achi a luimême été remplacé par Robert Beugré Mambé sur fond de rupture de confiance

À deux ans de la présidentielle, Alassane Ouattara resserre donc les rangs. Et il renforce les pouvoirs attribués à son directeur de cabinet depuis janvier 2017, Fidèle Sarassoro; à la secrétaire générale adjointe de la présidence, qui est aussi la directrice de la communication et sa nièce, Masséré KonéTouré ; et au viceprésident ivoirien, Tiémoko Meyliet Koné

<< Il a trahi le président >> 

En coulisses, certains confient qu’Abdourahmane Cissé espérait un retour au gouvernement en qualité de ministre de l’Économie, voire comme Premier ministre

Amadou Gon Coulibaly et Patrick Achi n’avaientils pas tous les deux occupé le secrétariat général de la présidence avant d’être propulsés à la primature? Il s’en était ouvert à Alassane Ouattara, mais celuici tient aux équilibres régionaux au sein de l’exécutif

L’annonce du départ d’Abdourahmane Cissé a en tout cas suscité l’agacement dans l’entourage du chef de l’État. «< Il 

a trahi le président, s’emporte un de ses proches collaborateurs. Il avait en fait demandé à partir depuis plusieurs mois et s’était organisé pour cela. Nous comprenons maintenant pourquoi il refusait de s’engager en politique alors qu’un poste électif lui avait été proposé à maintes reprises. >> 

De fait, Abdourahmane Cissé avait un temps été annoncé comme candidat aux élections locales du 2 septembre dernier, puis son nom avait finalement disparu de la liste définitive publiée par le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP)

  Côte d’Ivoire : Abdourahmane Cissé, l’atout jeune de Ouattara 

Abdourahmane Cissé s’est envolé pour Londres dès le lendemain de l’officialisation de son départ de la présidence, suscitant des rumeurs quant à un éventuel retour dans le secteur privé de ce polytechnicien, ancien trader à Goldman Sachs International

<< Le chouchou >> 

C’est au mois de novembre 2011 que le jeune Abdourahmane Cissé avait été présenté à Paris à Téné 

Birahima Ouattara, le frère cadet du président ivoirien, aujourd’hui ministre de la Défense. À son retour à Abidjan, «< Photocopie» avait demandé à Sangafowa Mamadou, le ministre de l’Agriculture de l’époque, de  recevoir ce brillant financier. Ledit ministre l’avait à son tour appuyé auprès de Massandjé TouréLitsé, la directrice générale du Conseil café cacao (CCC). Abdourahmane Cissé envisageait alors de créer un cabinet de conseil pour aider le CCC à couvrir les risques sur le cacao dont la Côte d’ivoire est le premier producteur mondial

Technocrate au parcours sans faute, Abdourahmane Cissé avait également été recommandé auprès d’Alassane Ouattara par Madani Tall, l’ancien directeur des opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire

 De Beugré Mambé à Magic System, Le séjour ivoirien très VIP de Francis Ngannou 

À l’époque, Cissé plaît immédiatement au chef de l’État

En 2012, il rejoint le cabinet présidentiel au poste de conseiller économique (Philippe SereyEiffel est son mentor), et il se fait rapidement une place de choix dans le premier cercle

<< Il était de toutes les missions économiques. On le surnommait « le chouchou« », se souvient un habitué des voyages présidentiels. «< Sans être du système RDR [Rassemblement des républicains, le parti d’Alassane 

Ouattara avant la création du RHDP], Cissé a réussi une ascension fulgurante, à notre grand étonnement», renchérit un habitué des arcanes du pouvoir

Trop grande orthodoxie financière

C’est ainsi qu’en 2013, à l’âge de 32 ans, il devient le plus jeune ministre du gouvernement, chargé du Budget et du portefeuille de l’État. Il aura sous sa tutelle les Impôts et les Douanes

À cette fonction, Abdourahmane Cissé s’attire les foudres de plusieurs de ses collègues au gouvernement, qui se plaignaient d’une trop grande orthodoxie financière, laquelle retarderait selon eux la mise en œuvre de grands 

projets. Il sera néanmoins soutenu dans ses arbitrages budgétaires par Alassane Ouattara et Amadou Gon Coulibaly. Il se rapprochera par la suite d’Hamed Bakayoko, ministre de la Défense, et d’Adama Bictogo

alors directeur exécutif du RHDP

 Du perchoir à Yopougon, le retour en grâce d’Adama Bictogo 

Il quittera le gouvernement en juillet 2017, après avoir pris le contrepied du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly en plein conseil des ministres. Puis, il obtient un poste de conseiller à la présidence, il est chargé de travailler sur la réforme du franc CFA aux côtés de Tiémoko Meyliet Koné, à l’époque gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest 

(BCEAO). En décembre 2018, il succèdera à Thierry Tanoh au ministère du Pétrole, de l’Énergie, des Mines et du Développement des énergies renouvelables

Et maintenant ? « Un nouveau chapitre s’ouvre », atil commenté sur les réseaux sociaux. À ce jour, rien n’a filtré sur l’identité de son successeur. Les prérogatives de ce dernier pourraient néanmoins être largement revues au profit de Fidèle Sarassoro, Masséré KonéTouré et Tiémoko Meyliet Koné

JM . Source : JA

X