2 décembre 2022
Paris - France
EUROPE INTERNATIONAL

Gérard Larcher a réalisé 102 tests PCR depuis le début de la pandémie

Gérard Larcher, stakhanoviste du test PCRCovid-19 . Le président LR du Sénat en est à son 102e test anti-covid

C’est un chiffre qui fait beaucoup parler au sein du microcosme, tant il est énorme : Gérard Larcher, président LR du Sénat, a effectué depuis le début de la pandémie pas moins 102 tests anti-Covid. Soit un écouvillon dans les narines chaque semaine environ. « Il se fait tester à chaque fois qu’il a croisé un étranger », explique l’un de ses visiteurs, admiratif de « l’abnégation » du titulaire du perchoir. Tous les tests sont revenus négatifs.

Il est vrai que la fameuse diplomatie parlementaire amène le président de la Haute assemblée à rencontrer de nombreux élus et responsables politiques étrangers, en plus des séances et réunions diverses qu’il préside au palais du Luxembourg.

En cas d’incapacité d’Emmanuel Macron, Gérard Larcher, deuxième personnage de l’Etat, serait amené à le remplacer. Une bonne raison de surveiller de près sa santé. Le sénateur des Yvelines, a en outre atteint l’âge honorable de 72 ans, qui l’a situé d’emblée dans la catégorie des personnes « à risque ». Il est aujourd’hui dûment vacciné, ayant même reçu sa troisième dose.

Est-ce en raison de cette pratique assidue du PCR ? Gérard Larcher s’est dit favorable, dès janvier, aux tests obligatoires aux frontières de l’Union européenne. Par ailleurs, s’il a comme beaucoup d’autres critiqué au début de l’épidémie la pénurie de masques et de tests, l’ancien ministre de Jacques Chirac a toujours refusé de « distribuer des palmes ou un bonnet d’âne » au gouvernement sur la gestion de l’épidémie.

Selon nos informations, l’ancien vétérinaire de l’équipe de France de sports équestres aux Jeux Olympiques de Montréal (1976) a suggéré à l’exécutif, au début de la campagne vaccinale, d’autoriser les vétérinaires à inoculer plus rapidement le vaccin anti-Covid. Le gouvernement a prudemment écarté la proposition. « On s’est dit que faire piquer les Français par les vétos, symboliquement, ça ne serait pas du meilleur effet », sourit une source gouvernementale.

X