4 juillet 2022
Paris - France
ECONOMIE

Suzanne Kouamé: « je viens d’acheter 5 bananes à 2000f…le manioc ne vient pas de la Russie »

Les plaintes des populations ivoiriennes contre la vie chère ne s’arrêteront pas tant qu’il n’y aura pas une réduction conséquente du prix des marchandises sur le marché. En Côte d’Ivoire, le constat est amer. Seulement, les citoyens utilisent la force des réseaux sociaux pour se faire entendre car c’est par ce canal que leurs cris peuvent être entendus par les autorités. Suzanne Kouamé, actrice ivoirienne et activiste, n’est visiblement pas contente du coût que connaît les denrées alimentaires sur le marché.

Il a fallu qu’elle ait envie de manger du « foutou » pour se rendre au marché, et ainsi tâter la réalité décriée par les consommateurs. Ce jeudi 26 mai 2022 sur sa page Facebook, elle a affirmé ceci: « je viens du marché, regardez de vous-même ce qui se passe; je viens d’acheter 05 bananes à 2000f, juste quelques morceaux de manioc à 500f. 01 kilogramme de Tomate coûte 1000f, l’escargot est devenu un aliment de luxe. Je suis tellement dépassée par les évènements que je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe. La banane et le manioc ne viennent pas de la Russie, ni du Japon. Ce sont des produits locaux mais ils sont devenus excéssivement chers. On ne peut plus manger ».

Un brin d’humour dans son discours n’a pas dilué le problème qu’elle voulait exposer aux yeux de toute la Côte d’Ivoire. C’est avec beaucoup de peine que Suzanne Kouamé pointe du doigt la cherté de la vie dans son pays. Les populations ont tellement dénoncé ce fait qu’elles ont fini par se résigner. Elles préfèrent se taire et attendre un miracle de la part des autorités.

Ce qu’il faut savoir concernant les produits vivriers est que leurs différentes productions se font par saison. On peut constater que la saison des pluies a véritablement commencé dans ce mois de mai 2022. Or, la majorité des aliments comme le riz, la banane, le manioc… ont besoin d’eau pour croître. Par conséquent, il faudra attendre quelques mois de plus poir voir tous ces produits remplir nos différents marchés. En Côte d’Ivoire, il n’y a pas une très bonne politique de conservation des aliments. Quand la saison de la banane plantain arrive, il y en a tellement assez que ça pourrit dans les différents magasins. On a trouvé une méthode d’utiliser la banane gâtée, et ça permet de cuisiner du « claclo ». Il est vrai que nos produits vivriers affluent par saison mais il est aussi bon de rappeler que la vie est devenu très chère en Côte d’Ivoire. Il faut vraiment chercher à remedier à cela afin que les populations aient de quoi manger avec peu d’argent.

Soldatduciel (via Opera News )

X