3 juillet 2022
Paris - France
AFRIQUE INTERNATIONAL

Sommet Chine-Afrique : le Sénégal plaide pour la sécurité au Sahel par Pekin

Le sommet Chine-Afrique, qui s’est ouvert ,le dimanche 28novembre ,à Dakar sera centré sur le commerce et la sécurité. Il se tiendra jusqu’à mardi. Il a lieu après une tournée en novembre du secrétaire d’Etat américain Antony Blinken au Kenya, au Nigeria et au Sénégal, dans un contexte de rivalité croissante entre Pékin et Washington.

Depuis 2000 et la première édition du sommet Chine-Afrique, la relation entre le pays et le continent a beaucoup changé.

La Chine est le plus important partenaire commercial du continent, les échanges directs s’étant élevés à plus de 200 milliards de dollars en 2019 selon les autorités chinoises.

Ce qui suscite la critique des États-Unis et de la France, qui voient d’un mauvais œil la perte d’influence qui en résulte pour eux.

La ministre sénégalaise des affaires étrangères Aissata Tall Sall a dit espérer, dimanche 28 novembre à l’ouverture d’un sommet Chine-Afrique à Dakar, que la Chine apporte son soutien dans la lutte contre l’insécurité au Sahel, où plusieurs pays sont déstabilisés par les activités des groupes djihadistes.

S’exprimant devant la presse à l’issue d’une rencontre avec son homologue chinois Wang Yi, Mme Sall a dit espérer que la Chine serait « une voix forte » dans le combat contre le terrorisme dans la région du Sahel. « Nous voudrions que la voix de la Chine, compte tenu de son influence, soit une voix forte pour soutenir le Sénégal et tous les pays engagés dans le problème de l’insécurité au Sahel », a-t-elle déclaré.

La ministre a souligné que les armées de la région déployées au Sahel – dont le Sénégal fait partie – ont besoin de « beaucoup plus encore de moyens juridiques pour pouvoir combattre contre les terroristes et contre l’irrédentisme ».

Les Nouvelles routes de la soie gagnent du terrain, avec l’ouverture dimanche 28 novembre de la 8e conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine à Dakar. Deux jours de sommet où il est question de vaccins et de lutte contre la pandémie de Covid-19, mais aussi et surtout d’économie dans le cadre du projet chinois « Belt and Road Initiative », que viennent de rejoindre l’Érythrée et la Guinée-Bissau.

Les promesses de Pékin

 

 

Le discours de Macky Sall est suivi par les congressistes avec une attention polie. L’hôte de l’événement égrène les priorités du sommet, placé sous le signe général du rebond post-Covid : Chinois et Africains, explique le président sénégalais, doivent s’unir pour amener le continent sur le chemin de la souveraineté pharmaceutique et médicale, moderniser l’agriculture pour en faire un « facteur d’émergence économique », renforcer l’apprentissage du numérique (l’un des autres axes forts du sommet, surtout dans sa partie économique), développer la capacité industrielle du continent en lui ouvrant le marché chinois et, objectif placé sous le double signe des Nouvelles routes de la soie voulues par la Chine et de la Zone de libre échange continentale africaine (Zlecaf) récemment créée, renforcer encore la construction de nouvelles infrastructures.

Un programme relativement attendu qui semble n’être qu’une introduction au discours de l’autre invité vedette : Xi Jinping. Après les formules d’usage sur la « fraternité indéfectible » et la « solidarité à toute épreuve » qui lient Africains et Chinois, le président de la République populaire en arrive enfin à ce que tous attendent : les promesses de ce Focac 2021.

UN MILLIARD DE DOSES DE VACCINS CONTRE LE COVID VONT ÊTRE LIVRÉES À L’AFRIQUE

En 2018, les montants d’investissements annoncés avaient impressionné. Chacun attend donc du concret, et Xi Jinping s’attache à répondre aux attentes, listant « quatre propositions » et « neuf programmes » pour la période 2022-2024.

Les « propositions », d’abord, sont avant tout de grands principes servant de cadre à la coopération renouvelée entre Pékin et le continent. Il s’agit de poursuivre la lutte solidaire contre le Covid-19, d’approfondir et d’augmenter la coopération, de promouvoir un « développement vert » soucieux de l’environnement et de « défendre l’équité et la justice », formule on ne peut plus vague que le président chinois explicite en précisant que, comme lui, ses partenaires du continent prônent un vrai multilatéralisme et s’opposent « à l’ingérence, à la discrimination raciale et aux sanctions unilatérales ».

Les programmes sont beaucoup plus concrets, et là encore Xi Jinping place la lutte contre le Covid au premier plan, annonçant la livraison de un milliard de doses de vaccins à l’Afrique, dont 600 millions sous forme de don et 400 millions « sous d’autres formes ».

LE FOCAC EST UN EXCELLENT EXEMPLE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DE MULTILATÉRALISME

Sont également annoncés des projets en faveur de l’agriculture et de la réduction de la pauvreté, la promotion des échanges commerciaux via des « corridors verts » pour exporter des produits africains vers la Chine et atteindre un volume de 300 milliards de dollars en trois ans, un encouragement des entreprises privées chinoises à investir sur le continent.

Des projets concrets de soutien à l’innovation numérique, au développement vert, à la rénovation des écoles, des échanges culturels – un festival du cinéma africain en Chine et des festivals du cinéma chinois en Afrique, en particulier – et une collaboration renforcée sur le maintien de la paix et la sécurité sont également au programme, souvent accompagnés d’enveloppes se chiffrant en milliards de dollars.

Gages de soutien

La conférence ministérielle qui se réunit le 30 novembre devra en partie mettre ces grandes orientations en musique et les transformer en un programme précis, mais visiblement la générosité affichée par le leader chinois est appréciée. Également présent en visioconférence, le secrétaire général des Nations unies António Guterres félicite les partenaires pour l’existence et le dynamisme de ce forum qu’il qualifie d’ « excellent exemple » en matière de coopération internationale et de multilatéralisme.

Le Sénégal en accueillant le 8e  sommet Chinafrique devient le porte-flambeau  des pays  sahéliens  . Le président Macky Sall par cette initiative devient  le porte-voix naturel et comble le vide et endosse le manteau du leader charismatique,  après la mort du Pésident Idriss Deby ,de la sécurisation de la zone sahélienne . Il participe activement à l’essor économique des pays de la zone franc. Le président  sénégalais met ainsi en exergue la solidarité et l’unité africaines.

JM

X