4 juillet 2022
Paris - France
POLITIQUE

Le Président Laurent Gbagbo A Daoukro « En Afrique, on a un problème, nous écrivons les Textes et puis on les froisse pour les jeter »

« Au départ je ne voulais pas faire de POLITIQUE aujourd’hui , mais est-ce que GBAGBO LAURENT peut rencontrer le Président HENRI KONAN BÉDIÉ et ne pas faire de Politique ?
Est-ce qu’avec mon PARCOURS je peux prendre la parole en Côte d’Ivoire sans que ce soit la politique ? Donc assumons , je fais la POLITIQUE.
(…) Mon premier souvenir à DAOUKRO, c’était en 1990, j’étais CANDIDAT à la présidence de la RÉPUBLIQUE contre le Président HOUPHOUËT-BOIGNY.
Quand on faisait le parcours de la campagne on se demandait s’il fallait mettre DAOUKRO dedans !
Finalement comme nous étions JEUNES et TÉMÉRAIRE , on a mis DAOUKRO . Et quand nous sommes arrivés en campagne à Daoukro, le PRÉSIDENT BÉDIÉ n’était pas là parcequ’il était en campagne pour HOUPHOUËT-BOIGNY dans une autre LOCALITÉ.
Mais ce qui m’a touché , quand je suis arrivé à DAOUKRO , on m’a offert de la part du Président BÉDIÉ , 2 bouteilles de WHISKY , 1 bouteille de GIN pour me souhaiter la bienvenue.
On m’a reçu comme ça à l’époque au nom du Président BÉDIÉ en frère.
(…) Lorsque j’ai reçu GUIKAHUÉ à Bruxelles, j’ai appelé le PRÉSIDENT BÉDIÉ au téléphone et je lui ai dit GRAND FRÈRE TENEZ BON J’ARRIVE !
En venant voir le président BÉDIÉ chez lui est un acte de RÉCONCILIATION et de RECONNAISSANCE.
(…) Il ne faut pas beaucoup pour qu’il y’ait la RÉCONCILIATION, il faut se dire les VÉRITÉS pour qu’elles SOIGNENT et non BLESSER.
On ne dit pas les VÉRITÉS pour qu’elles BLESSENT mais pour qu’elles puissent GUÉRIR.
J’ai suivi les BAGARRES contre le 3ÈME MANDAT . Moi-même j’ai appelé TV5MONDE pour parler parce-que si je me tais pendant que ça boue en Côte d’Ivoire et que je ne dis rien, ça sera une COMPLICITÉ de ma part.
Il faut que je le dise, et je suis d’accord avec ceux qui LUTTENT contre le 3ÈME MANDAT.
(…) En AFRIQUE, on a un problème, nous écrivons les TEXTES et puis on les FROISSE pour les JETER.
Un TEXTE est fait pour être appliqué.
Si on ne veut pas que le PAYS BRÛLE , on doit RESPECTER ce qui est écrit .

Bon! Le PAYS est comme ça , il faut faire avec.

Quand on parle de faire la RÉCONCILIATION, c’est tout ça , il faut RESPECTER les TEXTES.
Il faut aussi respecter les ÊTRES HUMAINS. Dans cette bataille contre le 3ÈME MANDAT , à DAOUKRO où je suis , il y’a eu des morts.
Un JEUNE a été DÉCAPITÉ et j’ai regardé tout ça depuis BRUXELLES. Quel spectacle que nous donnons au Monde?
Pour un POUVOIR on doit COUPER des TÊTES ?
Jusqu’à ce jour , je suis le seul à ne pas revendiquer être le fils D’HOUPHOUET.
Tous ceux qui se revendiquent fils D’HOUPHOUET ( ALASSANE OUATTARA) , ils font ce que Houphouet n’a pas fait .
Je suis venu dire MERCI au Président BÉDIÉ et à Mme HENRIETTE BÉDIÉ .
Le VOYAGE qu’ils ont effectué à BRUXELLES m’a fait CHAUD au CŒUR.
Et il fallait que je vienne, ici à DAOUKRO , devant les PARENTS du PRÉSIDENT BÉDIÉ , devant son PEUPLE pour lui dire cela.»

Discours du Pdt  Laurent Gbagbo à Daoukro 10 Juillet 2021

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo rend visite à son ancien rival Henri Konan Bédié

Devant plusieurs centaines de militants et cadres de leurs partis, les deux anciens chefs d’État se sont donné une franche accolade avant de faire quelques dizaines de mètres main dans la main, saluant la foule, et de s’asseoir côte à côte pour assister à plusieurs spectacles et discours, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Laurent Gbagbo a ensuite pris la parole, dans un discours d’une trentaine de minutes où il a épinglé le président ivoirien, Alassane Ouattara, réélu en 2020 pour un troisième mandat controversé, au cours d’une présidentielle boycottée par l’opposition qui jugeait ce nouveau mandat inconstitutionnel.

« On peut décider que nous n’avons aucune Constitution et vivre comme ça. Mais si nous avons une Constitution, il faut se battre pour être du côté de la Constitution. Respectez les textes ! » a-t-il lancé.

Est-ce que Laurent Gbagbo peut rencontrer Henri Konan Bédié sans que ça soit de la politique ? Assumons de faire de la politique ! », a également déclaré Laurent Gbagbo à la tribune, sous des applaudissements nourris.

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié ont longtemps été des rivaux politiques. Au moment de l’élection présidentielle de 2010, Le second avait apporté son soutien à Alassane Ouattara, alors rival de Laurent Gbagbo.

Ce dernier avait ensuite été poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité au cours des violences post-électorales de 2010-2011, nées de son refus de reconnaître sa défaite à la présidentielle face à Alassane Ouattara.

« Bédié-Gbagbo, unis pour une opposition plus forte »

« Il était le véritable donneur d’ordres, à ce titre il devra rendre des comptes », avait à l’époque déclaré Henri Konan Bédié dans un entretien avec Jeune Afrique. Mais depuis 2018, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de Henri Konan Bédié est devenu la principale formation d’opposition.

Henri Konan Bédié avait rendu visite à Laurent Gbagbo fin juillet 2019 à Bruxelles, où ce dernier résidait en liberté conditionnelle en attendant la confirmation de son acquittement devant la CPI.

Désormais libre, Laurent Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire le 17 juin dernier et c’est la première fois qu’il le rencontrait depuis son retour. « Une marque de réconciliation », a-t-il affirmé.

« Bédié-Gbagbo, unis pour une opposition plus forte » : dix ans plus tard, le mot d’ordre est donc à l’union, à l’image des nombreux t-shirts, pagnes et banderoles des militants présents à Daoukro.

Et la perspective d’une alliance entre le PDCI et le Front Populaire Ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo n’est pas à exclure en vue des prochains scrutins nationaux. Ces deux partis s’étaient déjà associés dans de nombreuses circonscriptions aux législatives de mars dernier.

« On ne peut pas l’exclure. C’est une alliance pour le bien de la Côte d’Ivoire, pas contre quelqu’un », assure à l’AFP, Antoni Garou, le député-maire pro-Gbagbo d’Ouragahio, qui englobe la circonscription du village de naissance de Laurent Gbagbo, Mama.

« Tous les Ivoiriens doivent se parler », a-t-il encore dit, espérant que le président Ouattara recevrait prochainement Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié.

Avec AFP

X