4 juillet 2022
Paris - France
ECONOMIE

Le gouvernement Achi sollicite en urgence Aggreko, Total et Sahara Energy

Soucieuses de répondre à la grave pénurie d’électricité en Côte d’Ivoire, les autorités ont imaginé un projet de centrale thermique « de réserve » alimentée par du GNL importé.

Les équipes du premier ministre Patrick Achi et la compagnie publique CI Energies (Société des énergies de Côte dIvoire) recherchent tous azimuts des solutions à la pénurie délectricité qui handicape le pays depuis plusieurs semaines (AI du 14/06/21). Le directeur général de la structure, Amidou Traoré, et son homologue de la direction générale de lénergie du ministère du pétrole, des mines et de lélectricité, Cissé Sabati, ont lancé un appel doffres restreint pour la réalisation dune centrale thermique de 200 MW dans la cité balnéaire de Jacqueville et pour lapprovisionnement de cette dernière en GNL

Selon nos informations, la liste des candidats invités à soumissionner par Moussa Koné, le directeur du suivi et de la réglementation du ministère de lénergie qui pilote le dossier de la construction de la centrale, comprend notamment la société 

Africa Intelligence 142 rue Montmartre 75002 Paris Tél. : +33144 88 26 10 client@indigonet.com Africaintelligence.fr 

COTE DIVOIRE: Le gouvernement Achi sollicite en urgence Aggreko, Total et Sahara Energy 

  allemande Siemens Energy, le britannique Aggreko spécialiste de la fourniture de centrales durgence, la compagnie Altaaqa Global Energy Services (filiale du groupe saoudien Zahid Group) et laméricain Endeavor Energy. Pour lapprovisionnement en gaz, Koné a sollicité la major française Total, le groupe anglonorvégien Golar LNG, les Nigérians de Sahara Energy et les Finlandais de Wärtsilä

Aggreko favori

Parmi les candidats de cette shortlist, Aggreko semble être pressenti pour rafler le marché de construction de la centrale, estimée à plus de 200 millions de dollars. Le groupe écossais dalimentation électrique temporaire dirigé par Christophe Jacquin opère déjà depuis 2010 la centrale à gaz de Vridi, en périphérie dAbidjan, installée à lépoque pour pallier aux problèmes de maintenance que rencontrait Azito (AI du 25/01/11). Aggreko avait ensuite progressivement fait passer la capacité de Vridi de 70 MW à 100 MW en 2011, puis 200 MW en 2013, grâce à linstallation dune nouvelle centrale

En parallèle, Total et Sahara Energy semblent faire la course en tête pour le contrat dimportation de GNL. Ce dernier sera primordial pour permettre le fonctionnement de la centrale, la Côte dIvoire nayant pas la capacité de production suffisante localement pour alimenter les centrales déjà existantes. La hausse prévue de la production de Foxtrot International (groupe Bouygues) sur son bloc gazier CI27, pour linstant encore hautement hypothétique, permettrait dassurer uniquement le besoin en gaz naturel de la centrale en fonctionnement dAzito. Un projet de terminal gazier avait été lancé en 2016 puis abandonné par Total (voir nos révélations du 05/05/21)

Outre linsuffisance de loffre de gaz naturel, la pénurie électrique qui touche la Côte dIvoire est également liée à la chute de la production hydroélectrique (la faible pluviométrie ayant fait baisser le niveau de leau des barrages), mais at 

ais aussi au manque de maintenance des centrales existantes et au retard sur les plans 

dinvestissement imputable à la crise du Covid19

AI 

 

X