7 juillet 2022
Paris - France
CULTURE

Kenya : les aliments traditionnels au patrimoine culturel de l’UNESCO

Grâce aux campagnes menées par les agriculteurs kényans pour améliorer les connaissances nutritionnelles, le Kenya a été sélectionné pour figurer dans le registre des bonnes pratiques de sauvegarde.

Cette inscription vise à protéger le patrimoine culturel immatériel, qui permet aux personnes et aux communautés de se distinguer par leur histoire, leur nationalité, leur langue, leur idéologie et leurs valeurs, selon l’UNESCO.

Il a fallu quinze ans de collaboration entre les scientifiques et les communautés, y compris les écoliers, pour obtenir cette distinction. En 2007, des chercheurs ont pris conscience d’un déclin de la diversité alimentaire du pays. Ils l’ont attribué à l’évolution des modes de vie et à l’augmentation des plats préparés moins nutritifs, mais aussi au fait que les colonialistes encourageaient les habitants à mépriser leurs sources d’alimentation traditionnelles.

Jodeh Kinyanjui, un maraîcher de 61 ans, se souvient de l’époque où les pratiques agricoles étaient différentes.

« Autrefois, nous ne pulvérisions jamais de pesticides sur les légumes traditionnels, car ils poussaient naturellement sans cela. Nous ne faisions qu’ajouter un peu d’engrais. Nous dépendions également des précipitations pour l’eau. C’est l’avantage des légumes traditionnels » a t-il déclaré.

La viande est considérée comme excessivement chère pour la plupart des gens ordinaires, bien que le poisson d’argent, appelé omena ou dagaa, du lac Victoria soit assez bon marché et devienne populaire. Les poulets sont élevés mais principalement vendus pour couvrir les besoins financiers du ménage. Ils sont abattus pour des occasions spéciales.

L’impact colonial sur les régimes alimentaires

Patrick Maundu, ethnobotaniste aux Musées nationaux du Kenya, est l’un des chercheurs impliqués dans la campagne. Il explique qu’à l’époque coloniale, les gens ont fini par considérer les légumes traditionnels comme inférieurs à d’autres légumes tels que la pomme de terre, le chou, la bette à carde et le chou frisé.

« N_os recherches ont montré que nous avons environ 220 espèces de légumes traditionnels consommés par les quelque 60 communautés du pays. Mais une fois encore, pendant la période coloniale, les gens ont subi un lavage de cerveau qui leur a fait croire que ce qui était à eux n’était pas bon. Ainsi, petit à petit, les gens ont oublié leurs propres légumes traditionnels. Ils se sont mis à manger des choux, du chou frisé et de la bette à carde et ont presque oublié leurs légumes traditionnels_ », explique Patrick Maundu.

« Ces légumes traditionnels ont une teneur en nutriments jusqu’à dix fois supérieure à celle du chou et nous avons donc toutes les raisons de promouvoir ces légumes traditionnels et ces aliments traditionnels. »

Selon des chercheurs comme Maundu, de nombreux aliments indigènes étaient dans la plupart des cas plus nutritifs que les aliments exotiques qui les remplaçaient. Il a été constaté que les graines de l’amarante feuillue étaient une meilleure source de fer et de vitamine A que le chou, par un facteur de dix. De même, le baobab contenait près de 10 fois plus de vitamine C que l’orange.

Selon l’ethnobotaniste, les années 1970 et 1980 ont vu une tendance à promouvoir les aliments exotiques au détriment des aliments traditionnels, ce qui a entraîné une diminution de la variété des aliments disponibles pour la consommation. Par exemple, les variétés de légumes se sont réduites au chou frisé, aux choux et aux blettes.

Au fil des ans, deux groupes locaux, le programme sur les légumes-feuilles africains et le programme sur les traditions alimentaires, ont travaillé avec l’UNESCO.Les chercheurs ont étudié les aliments traditionnels du Kenya et la manière dont ils étaient préparés et consommés. Ils se sont lancés dans une mission visant à promouvoir rigoureusement les légumes traditionnels, qui sont également mieux à même de résister à des climats plus chauds.

Pour populariser les légumes locaux, un programme impliquant un partenariat entre Biodiversity International et les Musées nationaux du Kenya a publié des informations sur les différents légumes et leur valeur nutritionnelle.

Dans la capitale Nairobi, ce petit restaurant est spécialisé dans la cuisine et le service de plats traditionnels. Il a été ouvert en 2014 par Miriam Nabakwe, qui est également consultante dans le secteur de l’hôtellerie. Passionnée de fitness, elle aime servir des plats sains à des prix abordables, moins de six dollars américains.

Son plat le plus populaire est le poulet fumé, l’ugali et l’amarante. Nabakwe affirme que la Covid-19 a rendu les gens généralement plus conscients de leur santé et que les aliments traditionnels ont un impact important.

« Les restaurants de nourriture traditionnelle sont l’avenir. Je l’ai vu et cela a fonctionné pour moi. Je pense que c’est parce que les gens essaient de s’éloigner de ces aliments conventionnels comme la malbouffe et donc ils embrassent plus à cela » ajoute-elle.

Ndea Yoka  avec AP

X