4 juillet 2022
Paris - France
POLITIQUE

Côte d’Ivoire : le PDCI d’Henri Konan Bédié renvoie la responsabilité des violences de 2020 au camp Ouattara

Directement mis en cause par le rapport d’enquête sur les violences post-électorales de 2020, Henri Konan Bédié réplique, via son parti, en accusant le camp présidentiel d’être à l’origine des troubles.

C’était la réaction politique la plus attendue du moment. Deux jours après la publication du rapport de l’unité spéciale chargée d’enquêter sur les violences commises pendant la présidentielle de 2020, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) dirigé par Henri Konan Bédié (HKB), est sorti de son silence, ce mercredi 29 décembre.

L’ancien président du pays figure tout en haut de la liste des acteurs politiques de l’opposition désignés par les enquêteurs comme étant à l’origine de la planification et du financement des violences ayant coûté la vie à 85 personnes et fait de plus de 500 blessés, selon les chiffres officiels. L’unité spéciale estime en effet que l’appel au boycott et à la désobéissance civile lancé avant le scrutin par le Sphinx de Daoukro pour s’opposer à un troisième mandat d’Alassane Ouattara a été « l’un des déclencheurs » de ces troubles.

« On est en droit d’affirmer sans ambages que le troisième mandat [du président Alassane Ouattara] et ses « supporters » sont les auteurs directs et indirects de la désobéissance civile, des exactions et violences qui ont suivi en octobre 2020 », répond ce mercredi 29 décembre le PDCI. Son ancien vice-président, aujourd’hui secrétaire exécutif chargé des sections, Georges Ezaley, son secrétaire exécutif, Maurice Kacou Guikahué, et l’ancien directeur de cabinet d’HKB, Narcisse N’Dri, récemment nommé vice-président du parti, figurent également parmi les mis en cause. Les deux derniers ont déjà passé plusieurs mois en prison. Ils ont été interpellés après l’annonce par l’opposition de la mise en place d’un Conseil national de transition (CNT), au lendemain des résultats de l’élection.

Pas de rupture du dialogue politique

Si le climat se tend entre le régime en place et le PDCI, pas question pour ce dernier d’aggraver la situation. Le parti d’Henri Konan Bédié ne prévoit pas à ce stade d’abandonner le dialogue politique qui doit reprendre début janvier après plusieurs faux-départs.

Le PDCI-RDA « prend à témoin la communauté nationale et la communauté internationale sur sa disposition à aller à la table du dialogue véritable qui est susceptible d’effacer tous les germes de conflits [qui] installent la Côte d’Ivoire dans la peur quotidienne de lendemains violents et fratricides », lit-on dans le communiqué publié par le parti. « L’accalmie que connaît actuellement notre pays est le résultat de l’engagement du président du PDCI-RDA », affirme le document, qui rappelle qu’HBK avait « accepté » de rencontrer le président Ouattara le 11 novembre 2020.

Ce dialogue politique se poursuivra ainsi, « sans crainte ni peur de quelque procédure judiciaire que ce soit », assure la formation d’opposition. Richard Adou, le procureur près du tribunal de Grande instance d’Abidjan, a pourtant assuré que l’ancien président n’était, dans ce cas précis, nullement protégé par la loi de 2005 relative au statut des anciens présidents et qu’il pourrait être poursuivi.

« L’article 54 de cette loi dit bien que toutes les infractions commises par ces personnalités en période électorale échappent à la procédure spéciale », a-t-il souligné. Cette disposition « ne peut s’entendre que dans le cas où une élection régulière, conforme aux termes de la Constitution ivoirienne a pu se tenir », lui rétorque aujourd’hui le PDCI-RDA.

JA

X