neeon Blog INTERNATIONAL AFRIQUE SENEGAL :Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly a affirmé que « 87% des députés sont endettés »
AFRIQUE

SENEGAL :Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly a affirmé que « 87% des députés sont endettés »

Les députés Sénégalais sont-ils au service de leur  peuple qui les a  conduits dans l’hémicyle ou servent-ils leurs propres intérêts. L’Afrique a une maladie commune ; les élus se servent au lieu de servir le peuple qui est dans la précarité.

Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly a  affirmé à la fin de la séance d’ouverture de la session extraordinaire que « 87% des députés sont endettés » et risquent de ne pas pouvoir payer leur dette si l’Assemblée est dissoute. « Nous avons contracté 50 millions dans les banques. Comment allons-nous payer cela si l’Assemblée est dissoute » se demande le député.

« Nous ne devons pas accepter que Macky Sall foule au pied les institutions en faisant voter les lois qui lui plaisent. Nous députés de Yewwi et de Wallu avons donc pris la décision de rejeter le vote du projet de budget modifiant l’article 87 de la Constitution » a-t-il martelé. 

Le hic, toutefois, c’est que ce même texte modifie l’article 87, l28 et l29 du code électoral. Ces derniers devraient pourtant permettre de régler les cas de Khalifa Sall et Karim Wade. Ce qui est selon Cheikh Abdou Mbacké, « un chantage ». Quid à tout perdre, les députés de l’opposition promettent donc de faire face. Cheikh Abdou Mbacké rappelle en outre que durant le dialogue, « la modification de l’article 87 n’avait pas fait l’objet de consensus ».

Le hic, toutefois, c’est que ce même texte modifie l’article 87, l28 et l29 du code électoral. Ces derniers devraient pourtant permettre de régler les cas de Khalifa Sall et Karim Wade. Ce qui est selon Cheikh Abdou Mbacké, « un chantage ». Quid à tout perdre, les députés de l’opposition promettent donc de faire face. Cheikh Abdou Mbacké rappelle en outre que durant le dialogue, « la modification de l’article 87 n’avait pas fait l’objet de consensus ».

A quand une prise de conscience des élus qui se servent de leurs mandats pour s’enrichir or le peuple croupit sous le poids de la misère. L’homme politique africain est le fossoyeur de son peuple.

Quitter la version mobile