4 juillet 2022
Paris - France
AFRIQUE INTERNATIONAL

Procès Sankara : malade  et mutique, Blaise Compaoré, le grand  absent 

Lancien président n‘était toujours pas à la reprise du procès de lassassinat de Thomas Sankara, ce lundi 25 octobre. Sil refuse de faire face à la justice, lexilé dAbidjan, dont la santé est au centre de nombreuses questions, espère rentrer un jour dans son pays

« Blaise Compaoré, dit Jubal. » Dans la salle, aucune réponse. Quand il procède à lappel des accusés, ce lundi 11 octobre, à l‘ouverture du procès de lassassinat de Thomas Sankara et de ses douze compagnons, le juge Urbain Méda ne peut que constater ce à quoi tout le monde sattendait : la chaise réservée à lancien président burkinabè reste désespérément vide. Le principal suspect de ce procès historique est bel et bien absent. Au grand dam des familles des victimes et de tous ceux qui espéraient le voir, enfin, sexpliquer sur cette affaire sanglante qui lui colle à la peau depuis ce funeste 15 octobre 1987

À LIRE  Assassinat de Sankara : le procès de Blaise Compaoré peutil réconcilier les Burkinabè

Sil avait été , auraitil seulement pu donner sa version des faits ? DAbidjan, il vit en exil depuis sa chute en 2014, à Ouagadougou, ceux qui le côtoient en doutent. Car malgré lomerta de sa famille et de la plupart de ses proches, le constat est , implacable : Blaise Compaoré est malade. Les quelques témoins qui lont vu récemment et qui acceptent de parler, sous couvert danonymat, rapportent tous les mêmes symptômes

À 70 ans, le « beau Blaise » se porte plutôt bien physiquement, mais sa tête a commencé à le lâcher. Ses propos manquent de cohérence, il a parfois des absences. « Il tient une discussion normale puis, dun coup, il passe du coq à lâne », confie une source bien informée à Ouagadougou. « Il a beaucoup de trous de mémoire, confirme un de ses fidèles. C‘est sûrement la vraie raison de son absence à ce procès. Il naurait pas pu comparaître devant la cour: il aurait été humilié. Et de toute façon, quil soit ou non, il sera condamné à la perpétuité. » 

Incapable d‘être interrogé 

Même les quelques avocats des parties civiles dans la confidence partagent cet avis. « Quelquun dans cet état ne peut pas être jugé dans un tel procès. Il est incapable dêtre interrogé », souffle lun dentre eux. Dautres sétonnent que sa défense ne se soit pas servie de ce motif médical. « Tout simplement parce que ce nest pas digne, cest dégradant. Le président a une image quil faut préserver », expliqueton dans lentourage de Compaoré

Bien quil ny ait aucun doute sur la gravité de sa pathologie, difficile de savoir de quoi souffre exactement l‘ancien homme fort de Ouagadougou. Seuls ses intimes sont au courant. Alassane Ouattara probablement aussi même s’il a, selon un confident de Roch Marc Christian Kaboré, toujours affirmé le contraire à son homologue burkinabè

Dabord suivi au Maroc, Blaise Compaoré a effectué de nombreux séjours au Qatar ces dernières années et y est désormais soigné. Il a notamment passé plusieurs mois confiné à Doha, pendant la pandémie de Covid19, début 2020. À son retour, certains commençaient à sinquiéter pour lui. Début 2021, il est retourné dans lÉmirat pour y être opéré du cerveau. Sans grand succès. Depuis, son état de santé se dégrade progressivement

Isolé et humilié 

En parallèle, à Ouagadougou, le dossier Sankara avance. Le 13 avril, la justice militaire a confirmé la mise en accusation de quatorze suspects, dont lancien président, poursuivi pour attentat à la sûreté de lÉtat, complicité dassassinat et recel de cadavres. Le procès tant attendu par nombre de Burkinabè semble alors imminent, même si aucune date nest encore officiellement fixée. En coulisse, ceux qui travaillent au retour de Blaise Compaoré au Burkina Faso se disent quil reste encore une petite marge de négociation avant sa tenue

Car ce nest un secret pour personne : Blaise Compaoré, exilé sur les bords de la lagune Ébrié depuis sa chute en 2014, vit mal son 

éloignement. Il sait à quel point être chassé du pouvoir pour se réfugier chez ses beauxparents est considéré comme une humiliation dans la culture populaire

Isolé, celui qui a désormais la nationalité ivoirienne ne cache pas son envie de rentrer au pays pour y finir sa vie. Reste à contourner un obstacle de taille : la menace judiciaire que fait peser sur lui laffaire Sankara sans parler des autres poursuites qui le visent dans la répression de l’insurrection populaire de 2014

SI BLAISE COMPAORÉ RENTRE, IL PASSERA PAR LA CASE JUSTIC

Début mai, trois semaines après la mise en accusation de Compaoré, Zéphirin Diabré, le ministre dÉtat chargé de la Réconciliation nationale, est dépêché à Abidjan par Roch Marc Christian Kaboré. Officiellement, il y est envoyé pour présenter le processus de réconciliation que son patron souhaite initier pendant son second mandat. Officieusement, durant les 48 heures quil passe en Côte dIvoire, il est surtout question des conditions dun éventuel retour de lancien chef de lÉtat

Dabord reçu par Alassane Ouattara au palais présidentiel, Diabré est ensuite convié à la résidence du président ivoirien en compagnie de Blaise Compaoré, quil na plus revu depuis 2014. Le lendemain, il rencontre à deux reprises « lÉtatmajor » de Compaoré à Abidjan : ses anciens ministres, René Émile Kaboré, Salif Kaboré et Assimi Kouanda (décédé début juin)

À tous, Zephirin Diabré réitère la position des autorités burkinabè, laquelle tient en trois mots : vérité, justice, réconciliation. « Nous lavons toujours dit et répété à nos différents interlocuteurs ivoiriens et burkinabè dans ce dossier : sil rentre, Blaise Compaoré passera par la case justice. Il ne peut y avoir de débat dessus«, explique un collaborateur de Roch Kaboré

Aux yeux du président, les problèmes du pays ne pourront se régler sans que justice se fasse, dans laffaire Sankara comme dans dautres. Question dopinion publique, aussi. Lintéressé connaît parfaitement les attentes judiciaires de ses compatriotes, en particulier sur lassassinat de celui qui est devenu une icône nationale et panafricaine

Renvoi dascenseur 

Lors de sa rencontre nocturne avec Diabré chez Ouattara, Blaise Compaoré écoute mais ne dit rien ou presque. Celui qui est à la maneuvre, cest le président ivoirien. << Alassane le protège et lassiste. Il lui est redevable et il le lui rend bien. Il joue son rôle de protecteur, comme Blaise lavait fait pour lui pendant la guerre civile ivoirienne [dans les années 2000). Cest une sorte de renvoi dascenseur », résume une source qui connaît bien les deux hommes

Certes, Ouattara a toujours considéré Compaoré comme un frère et na jamais oublié que sans lui et son appui, il ne serait peutêtre pas au pouvoir aujourdhui. Mais il cherche aussi une solution à cette affaire qui perturbe les relations avec le pays voisin. « Il veut surtout lui éviter de mourir en Côte dIvoire et cherche donc à le renvoyer au Burkina, mais de façon élégante », croit savoir un haut responsable à Ouaga

PAS DARRESTATION À SA DESCENTE DAVION, ET ENCORE MOINS DE PASSAGE EN PRISON. EN BREF, PAS DE « CASE JUSTICE » 

Faire rentrer Blaise Compaoré, donc, mais pas à nimporte quelles conditions. Alassane Ouattara fixe les siennes clairement : hors de question que lancien président burkinabè subisse une humiliation publique à son retour. Pas darrestation à sa descente davion, et encore moins de passage en prison. En bref, pas de « case justice », comme le réclament Kaboré et ses proches, et la garantie que son hôte ne sera pas inquiété outre mesure sil repasse la frontière

Côté burkinabè, la ligne reste la même : impossible de donner des garanties sur lattitude des juges qui, aimeton le rappeler à Ouagadougou, sont indépendants. « Nous savons que cest difficile pour Ouattara de comprendre cela, mais chez nous, les magistrats y compris ceux de la justice militaire agissent de manière autonome », tacle une source judiciaire burkinabè

Villa en chantier 

Malgré ce blocage apparent, lidée dune résidence surveillée et aménagée pour Blaise Compaoré est quand même évoquée. Selon ses proches, Roch Kaboré ny est pas opposé. « Le président a même accepté que Compaoré puisse recevoir des gens », ajoute un de ses intimes

Dans un premier temps, lidée de laisser lex chef de lÉtat sinstaller dans sa villa à Ziniaré, son village situé à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou, est envisagée. Mais elle a finalement été retoquée par sa famille qui a estimé que cette option nétait pas adaptée, tant au niveau sécuritaire, en raison du grand parc animalier qui borde la résidence familiale, quau niveau médical, vu la distance à parcourir en cas durgence

Une villa dÉtat, dans le quartier de Ouaga 2000, à quelques centaines de mètres du palais de Kosyam, est alors identifiée. Des travaux de restauration y sont menés par les autorités. « Le président suivait luimême le chantier », poursuit notre source. Une délégation de la famille Compaoré se rend sur place pour la visiter. Des photos sont aussi envoyées en Côte dIvoire pour prouver le bon avancement du projet

UNE RÉSIDENCE SURVEILLÉE, UN ÉVENTUEL AMÉNAGEMENT DE PEINEMAIS COMMENT CROIRE À TOUT CELA

Mais Chantal Compaoré nest pas emballée par cette maison. Lexpremière dame a évidemment son mot à dire dans les tractations sur le sort de son mari. Au fond, assurent plusieurs sources, elle na guère envie de revenir au Burkina Faso. Cette Ivoirienne est chez elle et se plait à Abidjan, elle a de la famille et des amis

Le premier cercle de lexprésident se méfie. François Compaoré, son frère cadet, exilé en France mais sous la menace dune extradition au Burkina Faso, na aucune confiance en la justice burkinabè et refuse qu‘il rentre. « Ils évoquent une résidence surveillée, un éventuel aménagement de peine... Mais comment croire à tout cela ? À partir du moment il est mis à la disposition de la justice et quun procès est ouvert, il est impossible davoir la moindre garantie », sagace un exministre de Compaoré. « Si Kaboré était sincère, il aurait commencé par appeler le président, ne serait ce que par courtoisie. Nous ne lui faisons pas confiance », abonde un autre

Une épine dans le pied 

En juillet, Compaoré repart au Qatar pour un checkup médical. À Abidjan, on sinquiète des rumeurs en provenance de Ouaga, les juges ont laissé entendre quils nentendaient faire aucune fleur à Compaoré sil rentrait. En clair, une interpellation dès sa descente davion pour se voir notifier les charges qui pèsent contre lui nest pas à exclure. Le 17 août, la nouvelle tombe : le procès des assassins présumés de Thomas Sankara souvrira le 11 octobre. Le dialogue est rompu. Il nest désormais plus question de quoi que ce soit. « Le schéma envisagé était assez simple : on sarrange pour le faire venir en résidence surveillée, il est jugé, et si peine il y a, il la purge dans des conditions confortables avant dêtre amnistié à la faveur de la réconciliation nationale, explique une source au coeur du dossier. Maintenant quil a fait le choix de fuir la justice, tout devient beaucoup plus compliqué. » 

ON NE COMPRENDRAIT PAS QUIL FINISSE SA VIE EN EXIL EN COTE DIVOIRE ET NON CHEZ LUI AUPRÈS DES SIENS 

Désormais jugé par contumace pour des faits qui pourraient lui valoir la prison à perpétuité, Blaise Compaoré na pas fini dalimenter la chronique. Et demeure une épine dans le pied de Roch Marc Christian Kaboré qui, depuis son arrivée au pouvoir, fin 2015, cherche à régler le cas de son prédécesseur. Or, vu son état de santé, le temps commence à presser. Beaucoup, notamment au sein de la communauté mossi, dont sont issus les deux hommes, ne comprendraient pas quil puisse finir sa vie en exil en Côte dIvoire et non chez lui, auprès des siens. Parmi les proCompaoré, personne non plus na oublié les mots de Kaboré lors dun meeting à Ziniaré, il avait déclaré, fin 2020, avant sa réélection, quil fallait « préparer » le retour de son aîné. « Le président est très prudent sur cette question, explique un de ses lieutenants. Il ne veut pas donner limpression de marchander avec la justice, mais en sous main il fait ce quil peut pour tenter darranger les choses. » 

Aussi proches furentils pendant plus de vingt ans, Kaboré et Compaoré ne sont plus en contact direct depuis que leurs chemins politiques se sont séparés, début 2014. En avril 2019, Blaise Compaoré avait écrit une lettre à son ancien Premier ministre, dans laquelle il lui faisait part de sa « disponibilité » et de son « soutien » face à la dégradation de la situation sécuritaire au Burkina Faso. Une missive restée sans réponse. Les relations entre ces deux hommes qui se connaissent sur le bout des doigts sont dautant plus complexes que leurs familles sont liées : le petit frère de Kaboré est en effet marié à la nièce directe de Compaoré. « Chez nous, avec de tels liens familiaux, il est impensable de se retrouver dans une situation pareille », se désole un fidèle de lancien président

À LIRE  Thomas Sankara : derniers instants, derniers témoins, derniers secrets... 

Grand raout de réconciliation 

Comment sortir de cette impasse ? Les pro Compaoré misent en partie sur le Forum national de réconciliation, qui se tiendra du 17 au 23 janvier 2022. Ce grand raout rassemblera 5 000 participants issus des « forces vives » de la nation au palais des sports de Ouaga 2000. Objectif : trouver des solutions pour permettre la réconciliation nationale et renforcer la cohésion sociale. Certains estiment que ce Forum pourrait être une bonne occasion de faire un geste si le procès Sankara est terminé dici . « Kaboré peut faire usage de son pouvoir de grâce ou adopter des mesures damnistie, surtout si la classe politique et les participants au Forum poussent en ce sens », imagine un proche de Blaise Compaoré. « Une fois que le procès sera bouclé, ce type de solution politique nest pas à écarter », estime un collaborateur de Kaboré

En attendant, nul doute que lexchef de lÉtat sera encore absent à la reprise des audiences, le 25 octobre. Reclus dans sa grande villa de Cocody Ambassades, il poursuivra son quotidien confortable mais monotone dancien président exilé. À ses côtés reste un dernier carré de fidèles, qui se réduit au fil du temps. Son épouse Chantal, bien sûr, mais aussi leur fille Djamila quand elle est de passage. Quelques membres du personnel et de sa sécurité. Parmi ses anciens ministres, il ny a guère plus que René Émile Kaboré qui vient le voir régulièrement. Une fin de vie isolée, dont lacteur principal ne cerne plus tous les contours. Lui qui nest déjà probablement plus en mesure de raconter enfin ce quil a fait le 15 octobre 1987

JA

X