3 février 2023
Paris - France
AFRIQUE

Le Burkina Faso demande le départ de l’armée française d’ici un mois

Le Burkina Faso a exhorté les troupes françaises mobilisées sur son sol à partir dans un délai d’un mois. De quoi faire craindre un éventuel rapprochement avec la Russie.

Les forces armées françaises ont un mois pour partir du Burkina Faso . Dans un contexte de tensions continuelles entre les deux États depuis des mois, Ouagadougou a réclamé dans la semaine le départ des troupes dans un délai d’un mois, rapporte l’AFP dans la nuit de samedi à dimanche. L’Agence d’information burkinabè (AIB) a confirmé l’information : « Le gouvernement burkinabè a dénoncé mercredi dernier l’accord qui régit depuis 2018 la présence des forces armées françaises sur son territoire. » De quoi donner « un mois aux Forces armées françaises pour quitter le territoire burkinabè », a annoncé l’AIB, citant « les termes de l’accord du 17 décembre 2018 ».

La présence française décriée

Les autorités ont précisé que ce choix n’actait en rien « la rupture des relations avec la France » et que cela concernait « uniquement les accords de coopération militaire ». Dernièrement, la présence de l’ancienne puissance coloniale dans le pays pose problème . Des manifestations ont récemment été organisées à Ouagadougou pour réclamer le retrait de l’armée française du Burkina Faso, qui héberge 400 forces spéciales.

 Attaque de l’ambassade de France au Burkina Faso : le Quai d’Orsay condamne « ces violences »

Un « combat pour la souveraineté »

Mardi, le président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré, avait fait savoir lors d’un discours face à des étudiants que le « combat pour la souveraineté » était « engagé », rappelle l’AFP. Celui arrivé au pouvoir en septembre dernier, lors du deuxième putsch mené en huit mois , a promis que les relations avec « certains États » seraient revues. Les autorités semblent vouloir diversifier leurs partenariats, notamment en ce qui concerne la lutte contre le djihadisme. Ibrahim Traoré a pour priorité la « reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes », relate l’AFP.

Vers un rapprochement avec Moscou ?

Ouagadougou pourrait envisager un rapprochement avec la Russie. La semaine dernière, le Premier ministre burkinabè, Apollinaire Kyélem de Tembela, avait déclaré qu’un partenariat plus approfondi avec Moscou serait « un choix de raison », lors d’un entretien avec l’ambassadeur de Russie Alexey Saltykov. « Nous pensons que notre partenariat doit se renforcer », a encore indiqué le Premier ministre qui avait fait une discrète visite à Moscou en décembre dernier.

AFP

X