18 août 2022
Paris - France
INTERNATIONAL

Kennedy, Gandhi… Avant l’assassinat de Shinzo Abe, d’autres responsables politiques tués par balles

La mort de l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe, assassiné par balle lors de son discours électoral vendredi 8 juillet 2022, a suscité l’émotion internationale parmi les dirigeants politiques. Retour sur les grands responsables politiques qui ont été tués par balles dans le monde.

Par la rédaction

 Temps de lecture: 4 min

L’attaque mortelle qui a visé vendredi 8 juillet 2022 l’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe n’est pas le premier du genre dans le pays… ni même dans le monde.

De hauts responsables politiques mondiaux, présidents et Premiers ministres ici, ont déjà été la cible d’assassinats par balles.

Présidents assassinés

1963, John F. Kennedy, président américain

Le 22 novembre 1963, le président des États-Unis John Fitzgerald Kennedy est tué par balles à Dallas, alors qu’il se trouve dans une limousine présidentielle décapotée, le long d’un parcours en cortège.

Moins de deux heures plus tard, Lee Harvey Oswald est arrêté. L’enquête officielle conclura que cet ancien commando marine ayant vécu en Union soviétique – lui-même tué par balles deux jours plus tard – a agi seul. Mais l’assassinat a donné lieu à de nombreuses théories complotistes.

1981, Anouar el-Sadate, président égyptien

Le 6 octobre 1981, le président égyptien Anouar el-Sadate est assassiné au Caire alors qu’il assiste à une parade militaire.

Le défilé tirait à sa fin quand des soldats islamistes ont jailli d’un camion et ont mitraillé le « raïs », coupable à leurs yeux d’avoir signé un accord de paix séparé avec Israël.

1992, Mohamed Boudiaf, président algérien

Le 29 juin 1992, le président algérien Mohamed Boudiaf est tué à Annaba (nord-est) par un membre de sa garde rapprochée, six mois après avoir été désigné à la tête du pays.

M. Boudiaf animait une réunion, assis face au public, quand le sous-lieutenant Lembarek Boumarafi, chargé de surveiller l’arrière de la salle, a surgi de derrière un rideau et a tiré sur le président avec son pistolet-mitrailleur, après avoir fait rouler une grenade au sol.

2011, Jovenel Moïse, président haïtien

Le 7 juillet 2021, le président haïtien Jovenel Moïse est tué par balles au milieu de la nuit dans sa résidence privée à Port-au-Prince par un commando armé composé de 28 hommes qui se font passer pour des agents de l’Agence américaine antidrogue.

Trois des assaillants sont tués et une vingtaine d’individus dont 18 anciens militaires colombiens sont arrêtés. Un an après, le mystère perdure quant aux commanditaires et motifs de l’attaque.

Premiers ministres tués

1981, Indira Gandhi, Première ministre indienne

Indira Gandhi, alors Première ministre de l’Inde, est tuée le 31 octobre 1984 à New Delhi par ses deux gardes du corps sikhs qui vengent ainsi l’assaut de l’armée indienne contre un temple, lieu sacré des Sikhs.

Le 21 mai 1991, c’est son fils et successeur (de 1984 à 1989) Rajiv Gandhi qui est tué par une extrémiste tamoule au cours d’une tournée électorale.

1986, Olof Palme, Premier ministre suédois

Figure tutélaire de la social-démocratie, le Premier ministre suédois Olof Palme est abattu le 28 février 1986, à l’âge de 59 ans, à Stockholm, alors qu’il rentre à pied du cinéma avec sa femme, sans garde du corps.

Son meurtrier réussit à prendre la fuite. En juin 2020, la justice a désigné Stig Engström, un opposant aux idées de gauche d’Olof Palme, comme le principal suspect. Mais celui-ci étant décédé en 2000, l’enquête est désormais close.

 

1995, Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien

Le 4 novembre 1995, le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin est assassiné à Tel-Aviv par un extrémiste juif, à la fin d’une manifestation pour la paix.

Peu après être descendu de la tribune où il venait de prononcer un discours, M. Rabin a été abattu par cet Israélien de 27 ans, Ygal Amir, de trois balles de revolver tirées à bout portant.

2007, Benazir Bhutto, Première ministre pakistanaise

Deux fois élue Première ministre du Pakistan (1988 à 1990 et 1993 à 1996), et première femme de l’ère contemporaine à avoir dirigé un pays musulman, Benazir Bhutto, de retour d’exil, est assassinée en pleine campagne électorale dans un attentat-suicide le 27 décembre 2007.

Selon la version la plus communément acceptée, un assaillant lui a tiré dans le cou après un meeting avant de déclencher sa charge explosive à proximité de son convoi, tuant 24 autres personnes. Le président d’alors, le général Pervez Musharraf, est soupçonné d’avoir pris part à une conspiration contre sa rivale politique, ce qu’il a toujours nié. Exilé à Dubaï, la justice pakistanaise l’a déclaré en 2017 « fugitif » dans le procès du meurtre de Mme Buttho.

PN

X