30 septembre 2022
Paris - France
POLITIQUE

Depuis Paris, « Diaspora , ensemble nous allons prendre le pouvoir d’Etat et développer la Côte D’Ivoire de demain  » lance Dr Coulibaly du PSDI

La délégation Europe du Parti des Socio-démocrates Ivoiriens (PSDI) a convié à un dîner-débat   la diaspora ivoirienne et la presse ivoirienne à Paris,  samedi 03 septembre 2022 à Joinville-Le -Pont ( Val-de-Marne) , en île-de-France.

Le président du parti des Socio-Démocrates Ivoiriens, Dr  Dinignako Coulibaly   a entamé  ce diner débat par définir l’emblème de son parti ; l’abeille : le travail méticuleux, excellent, fait avec abnégation et l’organisation collective à l’image de l’abeille. En prônant la méritocratie, la productivité et l’esprit d’équipe.Le président du PSDI pense qu’en général, il y a « une discordance entre la façon dont les gens de la diaspora perçoivent la politique, perçoivent le développement et la façon dont nos parents, nos frères, nos enfants, qui sont restés au pays voient la politique ».


Ainsi, son parti veut que cette diaspora ait son mot à dire dans l’évolution de la Côte d’Ivoire et prenne la place qui est la sienne dans le débat politique ivoirien. Le PSDI a montré la voie en nommant dix vice-présidents dont huit sont issus de la diaspora basée un peu partout dans le monde.
Ce credo est un élément central du fonctionnement de son parti, a-t-il indiqué.
C’est pourquoi il lance cet appel aux ivoiriens de la diaspora en ces mots : « arrêtez de rester dans vos canapés, devant des bouteilles de rouge et passer votre temps à critiquer. Il est temps que les ivoiriens de la diaspora passent à l’action. Rester devant un ordinateur, rester devant vos smartphones, et passer toute la journée à critiquer ce qui se passe en Côte d’Ivoire, ça ne va pas résoudre les problèmes de la Côte d’Ivoire. Il faut absolument que les cadres comprennent qu’il faut qu’ils s’impliquent dans la politique et les cadres de la diaspora doivent s’impliquer dans la politique. Arrêtez de vous dire que vous êtes à l’extérieur et que Alassane Ouattara n’a pas fait ce qu’il fallait, Gbagbo n’a rien fait pendant 10 ans de pouvoir , l’opposition est nulle !
Il n’y a pas des gens qui sont nés avec écrit sur leur figure – « politicien ». -« vous devez travailler pour le développement de la Côte d’Ivoire ! ». Tous, nous devons travailler pour le développement de la Côte d’Ivoire, donc vous qui êtes de la diaspora impliquez-vous dans la politique. Le PSDI est parti politique, comme je vous le disais toute à l’heure, qui est soutenu par la diaspora avec des vice-présidents, huit vice-présidents sur dix qui sont issus de la diaspora donc, ces personnes-là vont agir pour que la voix la diaspora puisse porter en Côte d’Ivoire. Nous qui sommes basés en Côte d’Ivoire nous allons tout faire pour que la voix de la diaspora porte ».

Il terminera son appel par inviter toute la diaspora à rejoindre le PSDI pour mener la bataille du changement et du développement de la Côte d’Ivoire. « Il faut absolument que vous puissiez le dire à nos camarades de la diaspora parce que là, je suis dans la diaspora je m’adresse à eux. Nous demandons à nos camarades de la diaspora de se joindre à nous ,pour qu’on puisse bâtir ce parti, qu’on le rende fort et qu’on aille prendre le pouvoir d’Etat. Nous qui sommes en Côte d’Ivoire nous avons une équipe solide, nous sommes prêts. Nous sommes prêts à tout . Nous allons parcourir les villes, villages, les hameaux pour présenter notre projet à tous nos concitoyens. Nous visons une implantation locale voire territoriale. » a-t-il ajouté.

Les grands axes de son projet pour la Côte d’Ivoire
Concernant le projet de société du PSDI, le Président Coulibaly a tenu à donner quelques grands axes autour desquels s’articulent celui-ci.
Le premier axe selon lui –  La fin de la mendicité d’Etat , l’Etat providence – « on ne développe pas un pays en tendant la main. Ce n’est pas possible ! », a-t-il martelé, avant d’ajouter : « Il faut que la Côte d’Ivoire apprenne à travailler avec ses ressources et c’est seulement à ce prix qu’elle va pouvoir se développer. Il faut que nos matières soient transformées sur place».Le Dr Coulibaly souhaite de la valeur ajoutée .
Le second –  La mise en œuvre du processus d’apprentissage – il a expliqué que « Quand un enfant naît, au début il est couché, on l’attrape et après il apprend à s’assoir, ensuite Il apprend à ramper, il apprend à faire ce qu’on appelle les quatre-pattes, après il se lève il tombe, plusieurs fois et ensuite il arrive à se tenir debout, après il arrive à faire quelques pas avant de pouvoir courir. Alors pourquoi est-ce que nous avons peur de ce processus. C’est ce qu’on appelle le processus d’apprentissage. On va passer par là . Il faut que la Côte d’Ivoire apprenne à se construire par l’apprentissage, quitte à faire des erreurs mais il faut aller par étapes et évoluer vers la performance et le développement ».

avant que le Dr Coulibaly  se prête à l’exercice des questions/réponses  de la presse , ce fut l’intervention de  madame Céline Mengue Ngamgueu , vice-présidente du parti La National du Cameroun, invitée pour l’occasion, qui a trouvé des similitudes aux  problématiques de développement évoquées avec  celles qui se posent à son pays le Cameroun. Et Ensuite , le représentant du parti objectif république M. Bosséa qui a emboité le pas au Dr Coulibaly , en évoquant les difficultés rencontrées dans la mise en application des projets les jeunes partis à cause de certaines habitudes qui laissent peu de place au changement.

En répondant aux questions des journalistes de l’UJIF ,Dr  Dinignako Coulibaly  a rappelé qu’en dehors des trois ou quatre grands partis , il y’a encore de la place des partis comme le sien. Son parti qui a qu’un an d’existence veut prendre le pouvoir légalement de part son maillage territorial qui va commencer dans les prochains mois. «  ll faut noter que le PSDI a tenu son congrès constitutif le 6 août en 2022 à la bibliothèque nationale d’Abidjan-plateau ». ajoute-t-il « Le PDCI a travaillé pour le rayonnement du pays, le président Guei a  aussi travaillé , le Président Gbagbo a aussi réalisé d’excellentes choses malgré  les 10 ans de crise (2000_2010), le Président Ouattara a réalisé de nombreuses infrastructures . comme l’Etat c’est la continuité , nous allons accentuer et améliorer ce qui a été déjà fait par nos prédécesseurs. Nous voulons diminuer le taux de pauvreté ( le pouvoir d’achat voire le panier de la ménagère), de mortalité, diminuer le taux d’endettement car le PPTE nous avait permis d’effacer nos dettes mais nous avons vite replonger .Nous sommes sur une courbe vertigineuse de taux d’endettement . Nous devons stopper sinon ,nous et les futures générations des Ivoiriens paieront au prix . » Il a conclut en laçant un appel aux jeunes de s’engager en politique à leurs côtés pour développer la Côte D’Ivoire de demain.

Jean Moliere

contact@continentmedia.fr

X